Les Structures Alvéolaires Ultra-Légères

pour la gestion des eaux pluviales

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Ouvrage en SAUL pour l'arrosage des pelouses d'un cimetière

Dans le cadre de la rénovation globale d'une esplanade voisine, et considérant la politique locale de gestion des eaux pluviales existante ("0 rejet" dans les réseaux d'assainissement), un ouvrage de stockage en SAUL a vu le jour en 2008 au Cimetière Intercommunal de Clamart (92).

Information sur l'opération

Réalisé sous maitrise d'ouvrage du Syndicat Intercommunal du Cimetière de Clamart (92) en 2008, cet ouvrage compartimenté recueille les eaux de pluie des toitures du cimetière et alentour, ainsi que les eaux de ruissellement de l'esplanade voisine et de cheminements piétonniers (surface d'environ 4855 m2), et permet de les utiliser en partie pour l'arrosage des pelouses du cimetière. Les études prévoyaient également une alimentation possible des fontaines du cimetière.

 

Fonctions "Maitrise du ruissellement" et "utilisation des eaux de pluie"

L'ouvrage présente un volume utile de stockage de 445 m3 dont 335 m3 sont dédiés au stockage et à l'utilisation des eaux collectées, les autres 110 m3 étant affectés à la gestion du ruissellement (dimensionnement pour une période de retour décennale pour ce projet). Ce principe de compartimentage est le même que l'ouvrage de l'article "Ouvrage en SAUL pour l'alimentation des camions-citernes d'une collectivité".

Les eaux pluviales sont prétraitées en amont de l'ouvrage de stockage par un regard filtrant ; ce dernier empêche l'entrée de déchets flottants dans l'ouvrage et limite l'apport de matières en suspension. L'ouvrage est étanché. Le compartiment de l'ouvrage destiné à la maitrise du ruissellement est équipé d'un dispositif de restitution des eaux pluviales à débit limité dans le réseau d'assainissement communal (10L/s - limiteur de débit).

 

Exploitation, entretien et maintenance de l'ouvrage

Après plus de trois années d'exploitation, l'exploitant apparaît satisfait du fonctionnement de l'ouvrage. Les volumes d'eau stockés dans le volume de 335 m3 dédié au pompage et à l'utilisation des eaux pluviales ne permet cependant pas toujours de recouvrir en totalité les usages théoriques (arrosage des pelouses mais également alimentation des fontaines). Aujourd'hui, l'exploitant a choisi d'alimenter exclusivement l'arrosage des pelouses.

La maintenance est déléguée à une entreprise extérieure. La fréquence des opérations de contrôle et d'entretien initialement prévue était de un ou deux passage(s) par an. Après plusieurs mois d'exploitation, la fréquence des opérations de contrôle est devenue mensuelle. Cette adaptation est expliquée notamment par l’environnement du site (cèdres à proximité des regards de l’ouvrage).

Le compartiment de stockage dédié au stockage en vue d'une utilisation (pompes) est mis en hivernage pendant plusieurs mois de l'année (pas d'arrosage).

 

En conclusion, quelques points à retenir

Les conclusions de l'article "Ouvrage en SAUL pour l'alimentation des camions-citernes d'une collectivité" s'appliquent à notre exemple. En complément, il permet de faire les commentaires suivants :

  • en amont de la conception d'un système ''double-fonction'', il faut avoir à l'esprit que l'alimentation d'usages saisonniers (arrosage) peut conduire à une mise en hivernage des pompes une partie de l'année; il est alors possible en phase de conception d'envisager l'alimentation d'autres usages;
  • le décalage observé entre les usages pouvant théoriquement être alimentés par des eaux pluviales et les recouvrements effectivement observés par l'exploitant pourrait trouver une explication sur différents points : une pluviométrie réelle différente de celle considérée en phase d'études, un dimensionnement de l'ouvrage (compartiment dédié à l'utilisation de l'eau de pluie) réalisé par une simulation de pas de temps trop important, etc.
  • le suivi et la maintenance d'un ouvrage de gestion des eaux pluviales sont des étapes indispensables à sa pérennité; en fonction du contexte local, il est nécessaire d'adapter les  fréquences de contrôle; ce projet en est un très bon exemple.


Remerciements : Cimetière Intercommunal de Clamart (Mme Péligat) pour son retour d'expériences sur l'exploitation de cet ouvrage.